Jackie’s last day

Notre dernière nuit en Ελλάδα (Grèce) fut heureusement reposante: entre la fatigue physique et les courants d’air bienvenus, on a pioncé comme des ours hibernant. Et dès potron-minet, notre routine de pacquage s’est mise en marche; c’est cool quand on voyage souvent avec la même personne: on acquiert un habitude qui fait que, même dans un espace confiné comme un camping-car, le rangement se fait sans heurts, une machine bien huilée. À dix heures, nous étions en route, ayant vidé le chiotte chimique, stocké en huile et olives et payé bien sûr nos nuitées.

En route, on a croisé une tortue eclaffée et évité une autre de justesse; on a regardé les pies traverser la route en rase-mottes. On a traversé l’origine du pain grec: des petits monts de blé blond comme des cheveux de scandinave. En sortant de l’autoroute, on a croisé une dépanneuse embarquant une vieille bagnole de flics, une Xara.

On s’est évidemment plantés une ou deux fois sur la route, le GPS, googgle et les panneaux routiers ayant des avis parfois divergeant. Le souci en Grèce, c’est que la route en ligne droite n’est pas nécessairement la plus rapide – mais toutes les routes sont quasi (sauf autour d’Athènes où ce n’est pas terroche) garanties d’être la fun.

On a rendu le char sans trop de tristesse: ce furent des vacances épuisantes. Georges, le loueur, nous a appris qu’il y a 2-3 ans des pierres se sont détachées du chemin surplombant la plage de Zantos, manquant de peu les baigneurs dessous. C’est pour ça que le chemin était “barré” d’une bande en plastique. Mais sans explications, elle a été complètement ignorée.

Et maintenant, j’écris ces lignes depuis l’avion. Est-ce que je t’ai dit que j’ai peur de voler – ou plutôt, de m’écraser? Écrire me distrait mais mon iPad vient de me dire que la batterie est faible. Alors salut, à tantôt sur FB. Bises.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.